Edimbourg : Mary King’s Close !

Mary Kings Close edimbourg ecosse a faire

Chers Globe-Setters, je rentre à peine de mon séjour à Edimbourg, en Ecosse, où j’ai adoré visiter Mary King’s Close. Laissez-vous aller dans son univers mystérieux, voire effrayant …

 

Le plus impressionnant avec Mary King’s Close, c’est son histoire plus que son architecture semblable aux catacombes françaises. Je vais donc essayer de vous faire vivre son passé incroyable à travers mes mots ! Profondément enfoui sous le Royal Mile et la City Chambers (Gouvernement local d’Edimbourg), se trouve un labyrinthe secret… Des rues cachées qui se sont figées dans le temps depuis le XVIIe siècle.

Cela en fait l’un des endroits les plus hantés du monde.

En 1753, il fut décidé de construire le Royal Exchange (la City Chambers) en relevant le haut des maisons et en utilisant le bas des immeubles comme fondations. C’est lors de ce processus de modernisation de la ville que Mary King’s Close a été construite.

La haute et moyenne classe vivait dans les étages du haut, évitant ainsi l’odeur immonde qui se dégageait de la rue. Les pauvres eux, vivaient pratiquement dedans et comme ils ne pouvaient pas se payer des chaussures, ils marchaient pieds nus.

Mary Kings Close edimbourg ecosse a voirLe mythe dit que dans les années 1645 (durant la période de Noël) la Vieille Ville fut infestée de rats venant des bateaux des docks de Leith. Ce sont ces rats qui ont amené la peste, qui s’est rapidement répandu dans la petite communauté. En dix huit mois, la maladie tua une grande partie de la population écossaise. Pour protéger la ville de l’épidémie, il est dit que le Council voulu bloquer les entrées dans Mary King’s Close en les murant, forçant ainsi les atteints de la peste a y rester, les laissant à leur sort… C’est d’ailleurs de là que vient le surnom de la rue « street of sorrow » : la rue de la peine.

Inimaginable non ?

Ce processus de fermeture de Mary King’s Close n’avait en fait pas grand impact sur la réduction et la limitation de la peste puisqu’ il y avait tout un processus à respecter pour organiser les quarantaines au sein de la ville.

On envoyait par la suite le médecin de la peste aux victimes pour les examiner. Mais avec les moyens médicaux et les traitements de l’époque, les docteurs ne pouvaient finalement pas faire grand-chose pour eux… Eux même étaient obligés de porter de grands masques en forme de bec pour essayer de se protéger. Fatalement, la plupart mourraient quand même.

En découvrant Mary King’s Close, vous pourrez imaginer le quotidien des personnes qui ont vécus, travaillés et qui sont morts dans cet endroit, vous imprégnez d’une ambiance hantée et surtout … Voir des fantômes… Qui sait !

Katarina – L’adepte du slow travel

Ses intérêts brassent depuis la déco et l’histoire, à la politique et la psychologie. Adepte du slow travel, elle préfère les voyages longs ou aller plusieurs fois dans un même endroit pour y approfondir sa connaissance. Selon elle, les destinations touristiques constituent un monde du rêve.

Découvrir ses voyages

Partez en Ecosse

Découvrez Edimbourg